Pâques approche à grands pas maintenant, et qui dit Pâques dit magasins remplis de chocolats plus alléchants les uns que les autres ! Objectivement la majeure partie des chocolats de Pâques ne sont pourtant pas terribles, mais la vue des poules et lapins dans leurs emballages colorés m’attire, et leur goût trop sucré me renvoie en enfance. Pourtant depuis que je ne consomme plus de produits laitiers, je me passe de l’immense majorité de ces gourmandises.

Donc cette année, je me suis dit : c’est décidé, je fais mes œufs au chocolat moi-même ! Sauf que… je n’ai pas trouvé de moules adaptés. Remarquez bien que je n’ai pas encore cherché sur internet, j’y trouverai sans doute mon bonheur. Quoi qu’il en soit, rien de grave puisque j’ai trouvé ces moules en silicone :

moules

Au final ce n’est pas plus mal, car Pâques ce n’est qu’une fois dans l’année, alors que ces petits moules seront utilisables toute l’année !

Il faudra donc imaginer que ce sont des œufs le temps de cette recette pascale ;-) Ou pas, parce qu’ils sont tout de même très élégants comme ça.

nid_choco

 

Voici donc mes petits chocolats de Pâques vegan, les premiers chocolats maison d’une longue série à venir… Car si ici je vous propose un fourrage noix de coco, ces petits chocolats m’inspirent et j’ai plein d’autres idées ! Pistaches, amandes, noisettes, dattes, etc, etc ! D’autres recettes arriveront très bientôt. De quoi remplir de belles boîtes de dégustation maison, à offrir à vos amis et familles en toute occasion :-)

 

chocolat_coupe

 

Attention : ceci est une recette facile pour gens pressés ;-)

Je m’explique. En théorie, pour faire de beaux chocolats maison, il faut tabler son chocolat (on dit aussi tempérer). Vous trouverez la technique sans mal sur internet, elle suppose de contrôler précisément la température du chocolat et de le faire passer par différentes étapes. L’intérêt de l’opération, c’est d’obtenir un chocolat brillant, plus facile à démouler, qui casse de façon « nette » et qui sur lequel n’apparaissent pas de traces blanches.

Toujours « en théorie », il vaut mieux utiliser du chocolat de couverture, qui a une plus forte teneur en beurre de cacao et qui est moins sucré. Mais lorsqu’on est, disons par exemple, une maman qui profite de 30 minutes tranquille pour préparer ses chocolats pour Pâques en quatrième vitesse, sans anticipation, on prend ce qu’on a sous la main, et en l’occurrence pour moi du chocolat à pâtisserie, ça a très bien marché !

Ma recette est pour mes moules… Ce qui implique que si vous avez d’autres moules, les quantités vont varier, mais les proportions du fourrage resteront les mêmes.

 

Temps de réalisation : 40 minutes (plus le temps de refroidissement final)

Ingrédients pour 10 chocolats fourrés à la noix de coco :

Pour le chocolat, j’ai utilisé 100 g de bon chocolat à pâtisserie (comme dit plus haut, vous pourrez préférer du chocolat de couverture)
Ça fait beaucoup. En fait ça fait assez pour remplir complètement les moules de chocolat, donc ça fait « trop », mais on a besoin de tout ça compte-tenu du procédé de fabrication. Bref, regardez la recette, et à la fin je vous indique une solution pour utiliser l’excédent.

Pour le fourrage à la noix de coco :

  • 10 g d’huile de coco vierge
  • 20 g de crème de coco – partie solide prélevée d’une boîte de lait de coco (comme dans cette recette parmi tant d’autres)
  • 10 g de copeaux de coco
  • 10 g de sucre glace

Faites fondre le chocolat au bain-marie.

Pendant ce temps, faites fondre l’huile de coco à la casserole à feu doux. Ajoutez ensuite la crème puis les copeaux et le sucre.
Retirez du feu et laissez refroidir pendant que vous ferez le reste (en revanche, ne pas le mettre au frigo car cela le ferait trop durcir et il ne serait plus « coulable » dans les moules).

Remplissez les moules de chocolat et réservez au frais environ 10 minutes (surveillez quand même car la durée va dépendre de la température de votre chocolat et de celle de votre frigo). Lorsque le chocolat situé sur les bords des moules a pris, faites couler l’excédent et remettez-le au bain marie (feu très doux). Placez au congélateur pendant quelques minutes vos moules afin que le chocolat finisse bien de prendre.

Sortez ensuite vos moules, garnissez-les de fourrage à la noix de coco. Attention à ne pas remplir jusqu’en haut puisque voici venir la dernière étape : remplissez le haut des moules (l’espace qui reste) de chocolat. Faites refroidir au frigo si vous êtes patient, au congélateur sinon.

Pour vérifier que tout a bien pris il suffit de voir si le chocolat visible est bien dur. Lorsque c’est le cas, démoulez et dégustez ! Euh, non, je veux dire : conservez-les au frais jusqu’à Pâques ;-) Vous les sortirez alors après le plat principal pour les servir avec le café, par exemple, histoire de leur laisser le temps d’arriver à température ambiante.

 

choco_entier

 

Niveau conservation, ces chocolats devraient tenir sans problème une petite semaine au frigo. J’essaie de trouver une solution pour sauvegarder quelques spécimens de l’engloutissement sous deux jours, mais comme pour la plupart des bonnes friandises, c’est souvent très compliqué, surtout avec trois gourmands à la maison ! Les ingrédients se conservent tous très longtemps même après ouverture, mis à part la crème de coco qui périme une fois ouverte… On pourrait imaginer une recette sans crème mais le moelleux du fourrage en pâtirait.

 

Et voilà, plus qu’à se régaler !… Enfin presque, parce qu’il vous reste sur les bras du chocolat en excédent. Heureusement, j’ai une solution !

Laissez-moi vous présenter…

 

caramels_Gizeh_NP
Du chocolat ! Du suspens ! De l’action ! Une production française digne des plus grandes reconstitutions historiques, dans des décors à couper le souffle !

 

Heum. Donc j’ai fait des caramels mous. Pas « mous », coulants, non, plutôt « mous », qui se tiennent bien mais qui s’écrasent lorsqu’on les croque. Le tout avec un bon goût de chocolat sucré, relevé par un peu de sel.

Alors là par contre je serai bien en mal de vous donner les proportions exactes, car je n’ai pas pesé le chocolat qui me restait sur les bras – honte sur moi. J’ai fait ça un peu au petit bonheur la chance, mais je pense que ça peut facilement se reproduire, et je vous donne la recette approximative directement ci-dessous.

 

Temps de réalisation : 5 minutes (sans compter le temps de repos final).

Ingrédients :

  • le reste de chocolat de la recette précédente, soit ici sans doute autour de 40 g
  • deux cuillères à soupe de sirop d’érable (en fait le goût ne se sent pas vraiment) ou de sirop d’agave
  • deux cuillères à café de crème de coco (toujours la même rengaine, cf ci-dessus)
  • deux pincée de sel

Utilisez une pincée de sel pour la versez dans le fond de vos moules.

Votre reste de chocolat doit toujours être dans son bain-marie. Transvasez-le dans une casserole et ajoutez-y donc le sirop, la crème et une pincée de sel. Chauffez à feu doux/moyen tout en remuant doucement jusqu’à ce que le mélange réduise et que, de liquide, il devienne pâteux au point de se détacher du fond de la casserole (le fond apparaît). Continuez alors à remuez quelques secondes puis retirez du feu et versez dans les moules.

Laissez refroidir à température ambiante puis démoulez.

 

pyramides2

 

Et voilà ! Deux recettes de belles gourmandises !

Bon appétit et… Joyeuses Pâques !