J’avais hâte de vous présenter cette recette ! Un grand classique revisité version végétale, avec des cerises du jardin !

La forêt noire est ce fameux dessert au chocolat, cerise, du kirsh et – pour la version traditionnelle – de la chantilly. Pour la génoise, je suis partie comme d’habitude d’une base qui est la recette de vg-zone accessible ici, et je l’adapte à la recette (ici, elle est un peu simplifiée et bien sûr avec du chocolat en plus comme vous allez le voir). Faites attention car quelques opérations sont à faire la veille donc lisez la recette en entier avant de vous lancer.

Les quantités sont pour un petit gâteau pour 4 personnes (en fait ça peut passer pour 6 mais personne ne pourra se resservir et les parts ne seront pas très grandes). Doublez pour une « vraie » forêt noire de 6-8 personnes. La recette vous prendra 10 à 20 minutes pour la génoise, 30 minutes pour la crème et le montage (sans compter les temps d’attente et de cuisson). C’est un peu plus de travail que la moyenne, mais tout est très simple ! :-)

Ingrédients pour 4 personnes

Pour la génoise :

  • 160 g de farine
  • 100 g de sucre
  • 1/2 paquet de levure chimique
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 1 ou 2 pincées de sel
  • 2 cuillères à café bombée de cacao en poudre amer (100% cacao)
  • 30 g d’huile végétale
  • 150 mL de « lait » de soja
  • 75 mL d’eau
  • une cuillère à soupe de Pulco citron – ou – 5 à 10 mL de jus de citron
  • une cuillère à soupe d’arôme de vanille liquide

Pour la crème :

  • au moins une boite de 400 mL de lait de coco en conserve – de préférence deux !
  • 30 g de sucre glace par boîte de lait de coco (donc 60 g si vous prenez deux boîtes)
  • quelques gouttes d’arôme liquide de vanille

Pour le reste :

  • 20 mL de Kirsh
  • Cerises fraîches ou au sirop
  • Chocolat en poudre ou en copeaux

 

Étape 1 : la génoise

Commencez par préparer la génoise, si possible la veille si vous comptez mettre du kirsh. Pour cela, très simple : Préchauffez le four à 180°C. Mélanger ensemble les ingrédients secs (farine, sucre, levure, bicarbonate, sel, cacao). Puis, mélangez ensemble les ingrédients liquides (huile, « lait », eau, citron, arôme de vanille). Enfin, mélanger le tout. Et voilà ! Enfournez pour environ 40 minutes (en fonction de la taille de votre moule) et surveillez la cuisson à la lame de couteau. À la sortie du four, laissez le gâteau refroidir dans son moule.

Une fois refroidi vous pouvez le démouler. Découpez alors la génoise selon comment vous voulez monter votre gâteau. Je l’ai cuite dans un moule assez petit (16 cm de diamètre intérieur) pour qu’elle monte plus haut, et je l’ai découpée horizontalement. Mais il est également possible de la cuire sur une plaque, puis de découper des disques à l’emporte-pièce circulaire ; ou bien encore de découper simplement des carrés et de faire un gâteau carré. Faites attention au dessous de la génoise : il se peut que le gâteau soit plus dur à cet endroit (à l’extérieur du gâteau, donc). Dans ce cas n’hésitez pas à découper (avec précaution ;-) ) la fine épaisseur qui est plus dure afin de ne garder pour votre gâteau que ce qui est parfaitement moelleux ! Et puis vous aurez comme cela une excuse pour grignoter la génoise excédentaire.

decouper
La génoise découpée – j’ai aussi coupé le dessus qui faisait une « bosse ».

 

Si vous aimez le kirsh et que vous souhaitez donc en mettre dans votre gâteau, imbibez chaque disque de gâteau de kirsh sur les faces intérieures (les faces où vous avez coupé). Puis mettez vos disques dans un tupperware ou dans un film plastique et laissez les reposer au frigo jusqu’au montage, où le kirsh aura tout le temps de bien imprégner la profondeur du gâteau. J’ai utilisé un pinceau en silicone pour imbiber de kirsh, mais on peut aussi faire avec une cuillère en prenant son temps pour ne pas trop en mettre. Je n’aime pas les goûts d’alcool trop prononcés dans la pâtisserie, j’ai donc fait un seul « passage » de pinceau imbibé sur chaque disque… Au final même pour moi c’était limite, je conseille donc deux passages au pinceau par disque pour sentir le kirsh sans que ça soit de trop !

imbiber
Trempez le pinceau dans le kirsh, étalez sur la génoise, répétez.

 

Passez ensuite au montage du gâteau.

 

Étape 2 : la crème et le montage

Préparez ensuite la crème. On va ici faire une crème « chantilly » à base de lait de coco. Dans cette version je n’ai utilisé qu’une boîte mais a posteriori j’ai trouvé que c’était limite… c’est que cette crème est tellement bonne ! Donc une boîte, ça suffit, mais deux boîtes, c’est encore mieux ! ;-)
Il faut avoir mis au frigo la veille votre conserve de lait de coco. Mettez la au frigo la tête en bas. Une heure avant de préparer la crème, mettez tous les autres ingrédients ainsi que vos fouets de batteur et votre saladier au frigo.

Ouvrez la boîte de lait de coco. Deux phases vont s’être créées : un jus incolore et une crème bien épaisse. Ça c’est la théorie, en pratique ça dépend beaucoup de la marque de votre lait de coco, malheureusement c’est très variable… Parfois vous aurez deux phases bien distinctes, d’autres fois une crème un peu plus liquide et pas vraiment de jus. Deux techniques sont possibles : récupérer tout (crème + jus) ou bien juste la crème. Le jus pourra être ensuite utilisé en pâtisserie (j’ai une super recette de gâteau moelleux qui en utilise :-) ) ou bu dans un cocktail, par exemple. Personnellement quand j’ai deux phases bien distinctes je garde le jus pour autre chose, sinon je mets tout.

Mettez tous les ingrédients la crème et le sucre dans le saladier, et fouettez l’ensemble (au batteur électrique si possible) pendant environ 5 minutes. Incorporez l’arôme de vanille (voyez la quantité au goût). La « chantilly » est prête ! Vous verrez que ça n’est pas aussi aérien qu’une « vraie » chantilly, donc c’est plutôt une simple crème. Mais elle est tellement bonne !

 

Ça ne paie pas de mine mais cette crème est vraiment excellente !
Ça ne paie pas de mine mais cette crème est vraiment excellente !

Pour les cerises, la version traditionnelle utilise des cerises au sirop (ce qui vous permet de faire la recette n’importe quand !). Ici j’ai utilisé des cerises du jardin que j’avais plongées dans un sirop quelques jours avant (bien sûr elles n’ont pas eu le temps de se confire pour se transformer en vraies « cerises au sirop », il s’agissait donc simplement de cerises fraîches un peu plus tendres et gorgées de sucre que d’habitude). N’oubliez simplement pas de dénoyauter les cerises fraîches si vous choisissez cette option.

 

Sortez vos génoises et c’est parti pour le montage !

Déposez une génoise sur le plat de service. Couvrir de crème sur une couche de 5 mm environ. Disposez vos cerises dessus.

Pif, paf, pouf !
Pif, paf, pouf !

 

Ensuite nivelez la surface en complétant avec de la crème.

 

montage_interieur3

 

Ajoutez ensuite votre seconde génoise.

 

deux_couches
On dirait un gros sandwich sucré !

 

Pour la couche du dessus vous pouvez sortir la poche à douille afin de faire de jolis décors en déposant la crème. J’ai choisi l’option « radine » en n’utilisant qu’une seule boîte de crème donc je me suis contentée d’étaler la crème car je n’avais pas assez d’épaisseur.

gateau_creme
Gâteau tout enrobé de crème… c’est bientôt fini !

 

Rajoutez quelques cerises sur le dessus.

 

gateau_toutescerises
Le jus du sirop coule un peu… pas grave il sera caché par la décoration.

 

Comme touche finale vous pouvez ajouter des copeaux de chocolat, ici j’ai choisi de saupoudrer mon gâteau de cacao en poudre… mais si vous choisissez cette option, soyez plus malins que moi et placez les cerises après le cacao, pour éviter les « tâches » de cacao sur les fruits.

Une petite astuce en passant si vous saupoudrez : pour ne pas en mettre trop, je vous conseille de tamiser le chocolat en poudre au-dessus de votre gâteau. Je n’ai pas de chinois ni de tamis pour faire ça, mais j’ai une grosse boule à thé, et c’est ce que j’ai utilisé. J’ai déposé doucement une cuillère de cacao dedans puis je suis passée au-dessus du gâteau en tapotant sur le côté de la boule. Le résultat est nickel comme ça ! Sur l’image vous pouvez voir qu’il y a des endroits avec un peu trop de cacao (couleur plus claire, il y a trop d’épaisseur de cacao donc le dessus est resté sec) : c’est parce que j’ai commencé en secouant légèrement la boule à thé au-dessus du gâteau, et comme ça il en tombait trop. Donc on retient : tapoter oui, secouer non. Ouh là, c’est technique ça, c’est technique… ;-)

 

Ta-daaaa !

 

Vous pouvez servir de suite ou bien faire attendre le gâteau dans le frigo jusqu’à dégustation. La crème se raffermit au frigo et se tasse un peu, mais cela reste raisonnable 24h après (et en tout cas c’est toujours très bon ! ;-) ). Si vous prévoyez de le préparer la veille et que vous souhaitez que le gâteau fasse son petit effet, mes conseils sont les suivants : ne préparez que la moitié de la crème. Au moment du montage du gâteau, arrêtez-vous avant de déposer la couche de crème finale qui couvre et enrobe le gâteau. Le jour même il ne vous restera qu’un peu de travail : vous préparerez la deuxième moitié de la crème et finirez le montage en direct, ce qui vous assurera plus de légèreté et une superbe présentation ! ;-)

 

part_ok
Quand est-ce qu’on en refait ?

Bon appétit !