Et oui, quand on teste des choses en cuisine il n’y a pas que des réussites, et certainement pas du premier coup… Par souci de sincérité et parce qu’on apprend aussi bien (voir mieux !) de ses erreurs, voici donc un article qui inaugure une nouvelle catégorie : les échecs culinaires ! Je pars sur l’idée d’en faire un par saison, avec une compilation de tous les ratés, allant du plat tout à fait mangeable à corriger juste un peu, jusqu’à la grosse catastrophe irrécupérable. Ça sera un peu le bêtisier du blog ;-)

 

Or donc, c’est parti avec la première catégorie les recettes dont la réalisation n’a pas bien marché, mais pour lesquelles je vois à peu près comment les changer en délicieux petits plats :

 

Y’a de l’idée…

  • La terrine de haricots rouges

L’idée est simple : faire un pâté végétal d’aspect « terrine » à base de légumineuse. J’avais déjà réussi quelque chose de tout à fait convaincant en partant de lentilles corail, bien avant de lancer ce blog. Cette fois-ci j’avais décidé de prendre comme base des haricots rouges. L’assaisonnement manquait un peu de « punch », mais surtout c’est la texture qui ne convenait pas : beaucoup trop molle, le résultat se rapprochait donc plus de la « tartinade » que de la terrine. Quelques ajustements à faire, donc.

photo_finish
Une terrine bof bof sous son allure sympa.

 

  • Glace cerise-coco

Je me suis dit : j’ai des cerises au congélo, il fait chaud, j’ai de la crème de coco en boîte : essayons de faire une glace ! J’ai tout mis dans le mixeur, et ce fut mon erreur. Au lieu d’avoir une texture lisse agréable, je me suis retrouvée avec des petits morceaux de crème de coco (qui sortait du frigo) dans la « glace ». Et ça faisait des petits îlots de goût coco au milieu d’un océan de cerise. J’aurais mieux fait de fouetter la crème et d’incorporer ensuite les cerises congelées mixées. La bonne nouvelle c’est qu’il reste encore des cerises au congél’ et que l’été arrive :-)

glace_dans_mixeur
C’était bon, quand même. Mais ce n’était pas du tout ce que je voulais.

 

 

Ça commence à se corser pour la catégorie suivante : je n’abandonne pas l’idée de faire quelque chose de ces recettes, mais il y a encore de la recherche à faire pour trouver comment corriger ce qui ne va pas :

 

Y’a du boulot

On trouve ici tout ce qui est « mousses végétales ». Et oui depuis peu (début de l’année 2015 je dirais) une révolution a secoué le monde végane lorsqu’on a découvert que le jus de pois chiches montait en neige ! Cependant pour ma part je ne maîtrise pas encore le procédé, mais j’ai déjà fait des progrès depuis mes premiers essais.

  • La mousse au chocolat

Ma première tentative de mousse végétale ! Parfaite après montage, mais au bout de 5-10 minutes, une partie de la mousse devient liquide et dans le fond on se retrouve avec à nouveau du jus de pois-chiche. Je n’avais pas encore de gomme de guar dans mes placards à ce moment-là…

Que c’est joli !… Quand on ne voit pas le jus bizarre dans le fond.

 

  • La tarte aux cerises meringuée

La mousse se tient difficilement et une fois cuite ce n’est plus qu’une mince pellicule blanche toute raplapla… Snif :-(

tarte_meringuee_echec
En plus la pâte était ratée aussi et elle s’est brisée avant que je ne mette la couche de cerises : ratage à tous les étages !

 

  • Meringues

J’y étais presque ! Cette fois-ci l’ajout de gomme de guar a permis d’obtenir une mousse qui se tient ! Yeah ! :-) Par contre, les meringues une fois cuites ne supportent pas la chaleur (il faut les conserver au frigo absolument), et en bouche elles passent de craquantes à très très collantes… Et c’est surtout ce point le problème, la texture est vraiment pas terrible. Peut-être la cuisson est-elle à revoir ? Ou bien un problème de proportion de gomme de guar, ou encore faut-il faire cuire les pois-chiches dans moins d’eau ? Ou battre le jus plus longtemps ? On va chercher…

Meringue
C’est quand même chouette de pouvoir faire des meringues végétales, même un peu ratées :-)

 

Et le meilleur pour la fin :

 

Y’a rien à sauver !

  • La salade lentilles-orange-oignon

Avec de l’oignon rouge, des graines de tournesol et de beaux quartiers d’orange, cette salade était très colorée et très appétissante ! A l’usage par contre on s’est vite rendus compte que les gros oignons rouges, mangés crus, était très peu digestes… Au bout de quelques coups de fourchettes on avait déjà trop mal à l’estomac pour continuer à manger… De rage (ou pas !) nous avons supprimé les photos, vous ne pourrez malheureusement pas admirer cette magnifique salade. Dommage car la regarder était sans danger (c’est déjà ça !).

 

  • Le velouté de blettes – pois cassés

Rendons à César ce qui est à César, cet essai n’est pas de moi… Mais je ne veux pas dénoncer. Belle tentative de rattrapage en utilisant ce « velouté » – eum – comme eau de cuisson pour du riz façon « pilaf », ce qui nous a permis de réussir à le consommer. Autre solution pour le « faire passer » : ajouter de la menthe fraîche. En en mettant suffisamment, on ne sent plus que la menthe, ainsi l’objectif est atteint : le goût d’herbe mouillée est neutralisé.

Bon mais sinon buvez un thé à la menthe c’est meilleur.

veloute
Cthulhu est vert, ce truc est vert. Coïncidence ? Je ne crois pas…

 

Et voilà ! Maintenant vous savez quoi NE PAS manger cette semaine ! ;-)

N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce concept d’article, si ça vous a plu ou non, si vous aimez le format…  dans les commentaires ci-dessous ! :-)